La page blanche

la page blanche
C'est l'histoire d'un entrepreneur qui doit rédiger un article. Seulement, cet entrepreneur est tétanisé par sa page blanche. Va-t-il enfin vaincre son démon, ou sombrer ?
Par Stéphane Briot

Par Stéphane Briot

Auteur du livre Bien Utiliser son Blog - Eyrolles | Coach et mentor

Voir sur Amazon

En formation chez Livementor, j'ai pu suivre les replay des webinars de Stéphane que j'ai trouvé hyper hyper inspirants! J'ai adoré l'énergie qu'il transmet, son approche et sa méthode pour nous challenger et faire ressortir le meilleur de nous-même. Je continue mon projet gonflée à bloc avec la patate! Merci!

Aude Avatar
Aude

partager cet article

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Au sommaire de La page blanche

Pierre est un entrepreneur comme tant d’autres, avec ses qualités, ses défauts, et surtout, avec un vrai talent dans son métier, et une énorme volonté. Et Pierre doit rédiger un article, et ainsi faire face à son pire ennemi : le syndrome de la page blanche.

Pierre est de ce ceux qui ne lâchent pas prise, de ceux qui se battent, encore et encore. Et aujourd’hui, il est l’heure d’écrire un article, de vaincre la page blanche.

Le combat contre le syndrome de la page blanche

Alors, Pierre est assis à son bureau. Face à lui trône son bel écran. Et sur cet écran, une page blanche, celle de son traitement de texte favori.

Voilà déjà quelques longues minutes que Pierre est là, le regard dans le vague. Ses yeux ne fixent rien en particulier. Un coup le plafond, un coup son bureau, une autre fois son écran.

Parfois, ses mains commencent à danser doucement sur le clavier, sans une réelle assurance, quelques frappes, puis la touche retour pour effacer les rares signes à l’écran.

La quête de l’inspiration

Alors, il cherche, réfléchit, il soupire. Puis, il lance une recherche sur Google, en quête de quelque chose. Il regarde d’un œil distrait les résultats proposés. Il clique ici, il surfe là, mais non, rien ne vient.

Il s’agace. Et plus le temps passe, plus il se sent vidé du peu d’énergie qui était le sien. Rien. Pas un mot. L’écran reste vierge et immaculé, comme la neige en montagne avant que les touristes ne viennent la défigurer.

Cette page le nargue, là, depuis un moment. Et lui ne sait quoi répondre, ne sait quoi faire ne sait quoi dire. Cette foutue page blanche.

La légitimité de l’auteur

Il aurait grand besoin d’une inspiration, mais elle ne vient pas. C’est la panne sèche, une fois de plus serait-il tenté de penser. Cela devient une habitude pour lui qui n’a jamais vraiment écrire. Même une ligne à poster sur un réseau social lui semble être compliqué.

Il ne se sent pas légitime dans ce qu’il fait, il n’est pas à l’aise avec les mots, il n’est pas un bon photographe, et la vidéo n’est pas son dada. Alors, la communication et lui ne forment pas vraiment un couple heureux.

Il est pourtant doué dans son métier, ses quelques clients le reconnaissent spontanément. Il est doué. Mais lui n’en croit pas un mot. Alors, il se fait discret sur internet. Il ne voudrait pas entacher un peu une image qu’il ne juge pas brillante.

En quête de perfection

Aussi, lorsque Pierre décide d’écrire un article, ce dernier se doit être aussi parfait que possible. Il ne doit rien manquer, pas même l’ombre d’une virgule.

Lire aussi  Comment référencer son blog : les points cruciaux

Le phrasé doit être impeccable, l’exposé des faits doit être magistral, rien ni personne ne doit pouvoir émettre un début de critique. Pierre est un professionnel rigoureux, et ce serait une honte monumentale si l’un de ses articles devait être mis en défaut.

Son image pourrait en souffrir, et plus grave encore, Pierre lui-même ne le vivrait pas bien. Un professionnel, un vrai, ne peut et ne doit être pris en défaut, c’est inconcevable.

Il existe déjà trop de gens qui racontent n’importe quoi sur internet, il n’est pas utile qu’il en rajoute. Alors, tout doit être carré. Parfait. Inattaquable.

La lente agonie de la comparaison

Pierre sonde son écran du regard. Il continue de chercher quelque chose, quelque part, en vain. Il s’épuise l’esprit devant son écran.  La page reste vierge, et pourtant, il pourrait jurer qu’il vient de la voir se moquer de lui, comme si elle le narguait.

Ses bras lui semblent peser des tonnes alors qu’il les approche du clavier dans une énième tentative. C’est en réalité tout son être qui pèse le poids immense d’une chape de plomb et semble le paralyser.

Quand il lit ce que d’autres écrivent, il se demande comment certaines personnes peuvent écrire autant d’âneries avec un tel aplomb. D’autres fois, il envie ces auteurs dont il loue la brillance et la clarté, la fluidité.

Lui, il n’arrive même pas à poser ne serait qu’un sujet et un verbe. Et plus le temps passe, plus il sent nul dans cet exercice. Et chaque tentative le renforce dans cette conviction. Plus il s’entête, plus il se prouve qu’il a raison.

Pierre est une personne qui ne manque ni de courage ni de volonté. Il connait parfaitement son métier. Il est rigoureux, attentif, il soigne le moindre détail de chacune de ses rares prestations.

Seulement, Pierre n’est pas une personne très curieuse de ce qui l’entoure. En outre, il est un peu fataliste. C’est comme ça se dit-il souvent.

La posture de l’attente du miracle

Quand il lit les publications de ses concurrents, il soupire devant l’aisance qu’il veut bien leur prêter. Il les imagine à l’aise, les mots coulant avec fluidité et simplicité. Il ne peut croire que ces gens puissent avoir des soucis à rédiger, la preuve est là, sous ses yeux.

Alors, il fait ce qu’il pense être utile : il guette l’inspiration, il attend que vienne ce moment de grâce, sans vraiment savoir comment il va se manifester à lui.

Il attend que la magie opère. Et pour aider ce moment à naitre, il a lu tout ce qui peut exister dans mon métier. Il est devenu incollable sur la moindre question.

Lire aussi  C'est quoi le SEO ?

Seulement, il n’arrive pas à en parler avec clarté. Les rares fois où il parle de son art, il se perd dans une montagne de détail que personne ne comprend. Son langage est incompréhensible pour le commun des mortels.

Il sent bien qu’il n’arrive pas à captiver ses amis. À tel point que depuis quelques mois, Pierre à fini par ne plus parler de ce qu’il fait, alors qu’il adore son job. Malheureusement, il sent incapable d’en parler. Et il sent frustré.

Dehors, la nuit tombe lentement. Pierre active le petit interrupteur de sa lampe de bureau. Le voilà dans une bulle, une bulle qui resserre sur lui l’étau de son manque de créativité. Il sent ce poids sur sa poitrine, dans son ventre. Et cette page blanche qui n’en finit plus d’éclairer son espace de travail.

Ses yeux se perdre dans le vide de cette page blanche qu’il n’ose plus regarder en face. La tête baissée, il voit son clavier sans vraiment le regarder. Ses pensées se perdent dans les abimes de son esprit.

Demain, le sauveur

Cela fait des heures qu’il lutte tout aussi courageusement que vainement face à cette page. Et chaque fois qu’il veut écrire, c’est le même rituel. Pour le même résultat. La page blanche qui l’emporte à la nuit tombée.

Rien ne change, c’est toujours la même chose. Et cette pensée le fend l’âme. Pourtant, au moment de quitter son bureau pour rejoindre son salon, il se dit qu’il finira par vaincre. Demain est un autre jour.

Demain, l’inspiration viendra, demain, il recommencera, parce qu’il n’est pas question qu’il lâche. Alors, peut-être pas réellement demain, mais la prochaine fois, dans quelques jours.

Ne rien changer, pour espérer plus

À chaque fois, il se passe un ou plusieurs jours de plus entre chaque tentative. Il lui faut de plus en plus de temps pour digérer son échec et retrouver l’envie de revenir devant son écran pour écrire.

Cela dure depuis des mois. Pierre s’entête dans ce rituel et s’enfonce peu à peu dans son propre néant. Il fait toujours la même chose, avec à chaque fois plus de volonté, d’envie, en espérant un résultat différent.

Toujours plus de la même chose, en espérant un résultat différent, pour obtenir chaque fois le même résultat. Est-ce bien la solution ?

Ne faudrait-il pas changer quelque chose. En tout cas, Pierre, lui, veut croire que c’est ainsi qu’il vaincra sa page blanche.

Et vous, que feriez-vous ?

J'ai découvert Stephane Briot lors des tribus durant ma formation chez LiveMentor.J'ai commencé à regarder le replay de la vidéo de Stephane, qui parle du WHY. J'ai tout de suite été en accord avec sa manière de travailler, très sincère et authentique. J'ai donc été curieuse et enchaînée une seconde vidéo, puis trois, puis quatre... Puis toutes.Il a été une véritable révélation à la fin de ma formation.Moi qui depuis plusieurs semaines avait la sensation de me perdre, dans ces idées de persona, de suivre une ligne de conduite toute tracée et de penser avant tout à "comment je dois faire pour que ça se vende"Je n'étais plus ni heureuse, ni fière du projet que je portais..Puis j'ai commencé à appliquer les conseils de Stephane Briot, à m'écouter et me connaître moi même avant toute chose, chercher mes valeurs , et reprendre mon projet en main en nous faisant confiance, moi et mes valeurs.Aujourd'hui, je n'en suis encore qu'au début, j'ai encore un long chemin à parcourir, mais j'ai la certitude d'avoir trouvé comment je souhaite le tracer. De manière plus sincère et juste, en accord avec ce que je suis au fond de moi.Alors pour ça, un grand Merci Stephane Briot.

Elodie Avatar
Elodie
Dans la rubrique Référencer son blog
Comment créer des contenus mémorables
Les essentiels

Des contenus remarquables

Que faut-il donc faire pour créer des articles mémorables, des articles qui accrochent vos lecteurs ?

Comment augmenter le trafic de son blog
En pratique

Augmenter son trafic

Créer un blog, c’est bien. Et c’est encore mieux d’avoir du trafic. Comment faire ? Voici les explications.

small_c_popup.png

Les Humains, la newsletter décalée par René le Bot

Offert : 6 vidéos exclusives pour l'entrepreneur digital

small_c_popup.png

Momentum

Vous êtes inscrit sur la liste d'attente.

Plus vite nous aurons atteint le nombre minimal d'inscrits, plus vite nous pourrons commencer.

Alors, pourquoi ne pas partager cette page auprès de vos amis ? Merci !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn