C’est quoi le marketing ?

marketing facile
Hey ! Mais le marketing, c'est trop facile. Yakafokon ! Et voilà ! Ouais, ouais. Et ta sœur, elle est facile ?
Par Stéphane Briot

Par Stéphane Briot

Auteur du livre Bien Utiliser son Blog - Eyrolles | Coach et mentor

Voir sur Amazon

Stéphane est très professionnel, pragmatique. Ses conseils sont très précieux !

Julie Avatar
Julie

partager cet article

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Au sommaire de C’est quoi le marketing ?

Devenir entrepreneur c’est aussi mettre le pied dans un domaine souvent obscur : le marketing. Je devrais plutôt dire la communication et la vente. Seulement, voilà, à écouter les uns et les autres, le marketing, c’est facile. Et la pédagogie, c’est facile ? On dirait bien que non…

Le marketing, ce n’est pas si facile

Mettons tout de suite les choses au clair. Monter un moteur de toutes pièces, quand on le fait depuis des années, c’est facile. Quand on n’a jamais mis les mains sur un tel truc, c’est tout, sauf facile.

Y’a des fils de partout, des dizaines d’éléments qui doivent s’emboiter dans un ordre précis, chaque pièce jouant un rôle précis dans le fonctionnement du moteur. Et quand on ne connait pas, c’est tout, sauf facile.

Je pourrais vous prendre tous les exemples possibles pour démontrer ce que je suis en train de dire. Et s’il faut retenir une chose : la communication, la vente, tant que l’on ne connait pas, ce n’est pas facile.

D’ailleurs, si c’était si facile et rapide, il n’y aurait pas une telle profusion de livres et de chaines YouTube pour apprendre n’est-ce pas ?

En réalité, le marketing, c’est un peu comme la photo ci-dessous. Tu te sens un peu tout seul face à ton mur, et faut que tu t’accroches pour grimper. Paie ta facilité !

C’est quoi le marketing ?

L’art de communiquer. Voilà. Fin de l’histoire. Malheureusement, en réalité, c’est un tantinet plus complexe que cela.

Parce que communiquer, tout le monde voit à peu près ce que c’est. Cependant, eu égard à la célèbre loi de Pareto et son 80/20, hé bien 80% des débutants vont lamentablement se vautrer.

Ils vont communiquer maladroitement sur leurs produits. Sauf que leur produit, tout le monde s’en tamponne le coquillard comme aurait me mère.

Ces gens-là pensent qu’ils sont attendus par le marché comme étant LA solution. La solution à quoi ? Bah au problème du client idéal. Ah ? Et c’est quoi le client idéal ? Bah c’est celui qui besoin de leur produit ? Et c’est quoi leur le besoin du client idéal ? Bah le produit qui est vendu ? Ok !

Dans le genre serpent qui se mord la queue, ça se pose là. Mais après tout, pourquoi pas, s’il existe des entrepreneurs qui sont convaincus par ce type d’approche, pas de souci.

Lire aussi  L'économie de la passion

Pour ma part, passer mon temps à me mordre la queue, je passe. Je préfère une autre approche.

Le marketing sous l’angle du Why

Nous avons donc le marketing à papa centré sur les pseudos besoins d’un marché dont nous ignorons à peu près tout. Hé oui, quand on est autoentrepreneur ou entrepreneur individuel, la big data, on va repasser.

Nous en sommes réduits à jouer à Mme Irma et à inventer des persona. Tiens, voici Bernard, chef de famille, la cinquantaine bedonnante, salarié depuis 20 ans dans la même boite, sans perspective d’avenir, et qui rêve de devenir entrepreneur.

Et maintenant, charge à moi d’imaginer ce que je pourrais bien lui raconter à mon pote Bernard. Pas de bol, des Bernard, dans mon entourage, je n’en connais pas. Alors, quels sont vraiment ses gouts, sa façon de parler, de penser, de voir les choses ? Je n’en sais rien.

J’ai longtemps buté sur cette histoire de persona, et cela m’agaçait profondément. Et après la lecture du livre de Simon Sinek « Commencer par le Pourquoi », j’ai définitivement lâché l’affaire.

Ma proposition de valeur

J’ai commencé à me centrer sur ce qui me motivait à accompagner les gens. J’ai défini le secteur d’activité qui me convenait le mieux, et puis en route !

En partant de moi, au moins, je sais ce que je veux dire et à qui je veux le dire : à des personnes ayant une sensibilité proche de la mienne.

Et cette façon de faire me semble bien plus naturelle pour l’être humain. Par exemple, je ne vais pas draguer une nana simplement parce qu’elle elle le plus demandé de la soirée. Si elle ne me plait pas, je ne vais pas m’emmerder à vouloir la draguer.

Dans les faits, je pars de mon Why, j’établis mes valeurs, je créé le champ sémantique de mon univers, et une fois cela fait, je peux travailler à créer ma proposition de valeur.

Et cette proposition de valeur est bien plus qu’un simple slogan pour faire joli. C’est quelque chose qui m’implique pleinement, et forcément, que je vais incarner bien plus naturellement. C’est aussi ce qui va me servir à attirer des prospects qui me ressemble.

J’ai plutôt envie de passer du temps et de donner de moi auprès de personnes qui ont quelque chose qui puisse nous réunir. Je n’exclus pas ceux qui pensent autrement, je concentre mes efforts là où j’ai le plus de chance d’être utile et de remporter la mise.

Lire aussi  Il y a entrepreneur et entrepreneur

Que des politiciens montent sur l’estrade pour tenter de rassembler au plus large, puis de décevoir tout le monde, c’est leur boulot.

Le mien, c’est de satisfaire mes clients, parce qu’il est déjà bien difficile de trouver des clients, alors si les déçoit, je vais vite avoir du mal. En étant moi, en étant cohérent, je m’offre une vraie tranquillité d’esprit, un peu comme cette brave dame sur la photo ci-après ^^.

Une communication cohérente

Un des autres grands avantages de communiquer tel que je le fais, c’est la cohérence. À partir du moment où je reste moi-même, je n’ai pas de masque, je ne joue pas un rôle, je n’ai pas vraiment besoin de faire attention. Je suis cohérent de bout en bout.

Et quand je vois tous ces entrepreneurs qui communiquent comme s’ils étaient des PME d’un certain niveau, j’ai de la peine pour eux, parce qu’ils doivent vraiment s’emmerder.

Tout comme ceux qui sont à blinde dans le copywriting alors que ce n’est pas leur truc, pour en être passé par là, je trouve qu’il n’est rien de plus démoralisant que de vouloir à tout prix rentrer dans un moule qui n’est pas conçu pour soi, et finalement devoir y renoncer.

Faire valoir sa contribution

Comme s’il n’existait qu’une seule façon de communiquer et de réussir ! Et si l‘on y arrive, c’est mort, on est nul. Voilà qui est accablant !

Hé bien non, il existe bien des façons de réussir, il existe bien des façons de communiquer. Je crois qu’il est temps de cesser d’écouter tous ces pseudos-écoles en ligne qui enferme l’entrepreneur dans le moule du persona et la communication réchauffée.

Un entrepreneur peut communiquer autrement. Ce ne sera pas facile, c’est un chemin qui demande du temps et un peu de boulot. Et au bout du compte, chacun pourra communiquer sur ce qu’il aime, sur la contribution qu’il souhaite apporter.

Et c’est quand même vachement plus sympa, amusant et gratifiant de se défoncer pour faire valoir sa contribution plutôt que de penser à ce brave Bernard.

Après, si vous kiffez Bernard, faites-vous plaisir !

Top ! Je suis ravie d'avoir suivis cet atelier SEO, je pense gagner un temps considérable sur la création de mon site, son organisation et la création de mes contenus.Stéphane et l'art de rendre un atelier sur le SEO un moment passionnant !Une pédagogie directe, pas de jargon : une approche, une méthode, des outils avec des exemples concrets et précis.Merci.

Florence Avatar
Florence
Dans la rubrique Entrepreneur
L'économie de la passion par Adam Davidson
Débutant

L’économie de la passion

La passion est présentée depuis toujours comme un moteur pour l’entrepreneur. Seulement, cette énergie demande à être canalisée pour ne pas se perdre. Ainsi, en complément du Why, voici A. Davidson qui nous présente l’économie de la passion.

le bon entrepreneur, le mauvais entrepreneur
Débutant

Il y a entrepreneur et entrepreneur

Dans les entrepreneurs, c’est comme dans tout, y’a les bons et les mauvais. Alors, le mauvais entrepreneur, c’est celui qui entreprend. Et puis, y’a la bon entrepreneur, c’est celui qui entreprend.

small_c_popup.png

Les Humains, la newsletter décalée par René le Bot

Offert : 6 vidéos exclusives pour l'entrepreneur digital

small_c_popup.png

Momentum

Vous êtes inscrit sur la liste d'attente.

Plus vite nous aurons atteint le nombre minimal d'inscrits, plus vite nous pourrons commencer.

Alors, pourquoi ne pas partager cette page auprès de vos amis ? Merci !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn